PORTRAIT : Maudits, le trio metal hypéractif du Carto Cru
HyperactifsInterview

11.10.2022
FOCUS

Entre sorties d’albums, live session à l’Opéra de Reims, « split » & concerts : le trio Maudits multiplie les projets !

Trio metal instrumental d’origine rémoise, Maudits s’inspire du trip-hop, du post-rock, de l’ambiant ou encore des musiques de film pour créer un univers qui lui est propre, à la fois sombre et planant. Nous avons posé quelques questions à Christophe et Olivier, une partie du trio venue enregistrer en live des extraits de leur prochain album sur la scène du Club…

INTERVIEW

Maudits, c’est qui ? Présentez-vous rapidement !

(Christophe) : Moi c’est Christophe, je suis batteur dans le groupe Maudits.
(Olivier) : Olivier, moi je suis le guitariste.

Et il manque Erwann, notre cher bassiste qui n’est pas présent car il travaille, malheureusement.

Comment vous êtes-vous rencontrés ? 

Déjà Olivier et moi-même (Christophe), ça fait 8 ans qu’on joue ensemble, avant on avait un projet de rock progressif. Et Erwann, c’est un bon copain rémois à nous, qui a intégré le groupe il y a à peu près deux ans.

Comment décrire votre musique en quelques mots ?

Question piège ! Le problème, c’est qu’on n’a pas de barrière, donc on va du metal au trip-hop, au post-rock, en passant par l’ambiant. Notre projet est instrumental donc c’est très libre en terme de structure. A l’origine, la base est quand même metal, rock et après on fait un peu comme on le sent sur le moment. On a déjà sorti un album metal, un autre qui a des influences plus pop ambiant, on vient juste de sortir un split qui est clairement metal / musiques de films… Et le prochain bah, c’est surprise !

Vous êtes suivis par le dispositif Carto Cru, qu’est-ce que ça vous a permis de développer ? 

Le truc qui est cool c’est qu’on a accès à des box pour stocker notre matos, on a des répèt’ gratuites illimitées, ce qui est très pratique. On a aussi droit à un accompagnement donc on peut faire des résidences, on a aussi pu faire un live à l’Opéra, grâce en partie à La Cartonnerie qui nous a prêté du matériel lumière. En ce moment même on est en train de faire des prises batterie au Club pendant 3 jours donc c’est super quoi ! C’est cool d’avoir accès à une salle comme La Cartonnerie, ne serait-ce que pour enregistrer la batterie, c’est inestimable. C’est une chose qu’on aurait pas pu faire juste avec nos propres moyens si on avait dû tout payer. Enregistrer un album, c’est déjà assez cher donc si on peut bénéficier d’une aide telle que celle-ci, c’est inestimable !

En ce moment, vous enregistrez un instrument sur scène ?

C’est ça, on est là pour 3 jours au Club. On enregistre la batterie pour notre prochain album, on prend de l’avance ! Et on prévoit une captation fin octobre avec un autre groupe qui s’appelle NORD, qui fait du metal progressif un peu à la « The Mars Volta ». On a composé un morceau spécial à l’occasion de cette captation vidéo qui a été proposée par le groupe. Et de fil en aiguille, on s’est retrouvés à demander un coup de main à La Carto, ce qui a été fait donc c’est super.

C’est vrai qu’on a demandé pas mal d’aide cette année et les équipes nous ont toujours apporté ce qu’on a demandé, donc c’est royal !

« (…) on n’a pas de barrière, donc on va du metal au trip-hop, au post-rock, en passant par l’ambiant. Notre projet est instrumental donc c’est très libre en terme de structure. On a déjà sorti un album metal, un autre qui a des influences plus pop ambiant, on vient juste de sortir un split qui est clairement metal / musiques de films… Et le prochain bah, c’est surprise ! »

La semaine prochaine, vous allez assurer la première partie du groupe Arka’n Asrafokor, est-ce que leur projet vous inspire ? 

(Christophe) : Pour être honnête, je ne connaissais pas ! J’ai écouté pour découvrir et c’est super intéressant parce qu’Arka’n Asrafokor mélange beaucoup de choses, un peu comme nous. Même si on ne fait pas partie du même délire parce qu’on a pas de chant, mais c’est toujours sympa de découvrir des groupes qui jouent plusieurs styles. On s’attend à ce que le public soit ouvert musicalement parlant et c’est un plus s’il nous découvre par la même occasion, c’est cool. A nous de bien jouer !

(Olivier) : Oui, et ça m’a un peu fait penser à du Sepultura ! C’est dans l’esprit de l’album Roots. Et ça joue très bien, y un côté assez original, c’est varié. Je pense que sur scène ça doit être assez puissant !

Live, enregistrements, clips… Il y aussi un album à venir ? 

On a pas mal de choses en ce moment !

On vient de sortir un « split » il y a quelques semaines. Pour vous expliquer, un « split », ce n’est pas un dessert (rires), et ce n’est  pas une séparation de groupe non plus. En fait, l’idée d’un split c’est de partager une sortie avec un autre groupe qu’on aime bien qui s’appelle SAar. C’est un groupe qui fait du post-rock un peu dans notre genre, Moi je connais très bien le batteur Julien parce qu’on évolue dans plein d’autres groupes ensemble tous les deux. Et l’idée c’était de créer des liens ce qui s’est fait et je kiffe bien leur musique. Donc en gros l’idée c’est de partager une sortie avec un autre groupe donc il y a un morceau chacun, le nôtre et le leur et finalement l’enchaînement est pas mal. On a tous les deux fais en sorte d’avoir une grosse production donc il n’y a pas de différence de production et ça nous permet de faire une sortie sur le label Source Atone Records qui est un bon petit label qui démarre bien avec des signatures intéressantes. C’est un test à plein de niveaux pour nous et on est heureux de le faire. Le split est assez long, il dure 25 minutes (un morceau en trois parties), c’est l’équivalent d’un EP.

On a aussi fait une captation live à l’Opéra de Reims, le montage est terminé, on réfléchit à la sortie de la vidéo et le CD également. Il y a en parallèle la captation vidéo filmée en octobre avec Nord et en ce moment, l’enregistrement qui débute pour le prochain album de Maudits qui sortira l’année prochaine.

Et c’est pas tout ! On arrête pas d’enchaîner les enregistrements mais il y a aussi les clips qui arrivent. C’est vrai qu’on est assez hyperactifs mais bon, il faut en profiter avant de tous mourir (rires). C’est particulier, pour le split, on a pris deux membres de chaque groupe et on a fait un medley de deux morceaux qui sont sur le même tempo et on a recomposé des bouts de riffs de l’un et de l’autre. On a ensuite filmé ça en faisant une prise live. Le résultat prendra un peu la forme d’un clip live avec de la 3D intégrée. Un clip live qui sortira dans pas longtemps… C’est tout mais c’est déjà pas mal !

Qu’est-ce que vous écoutez en boucle en ce moment ?

(Olivier) : Alors ça n’a rien à voir avec le metal, mais en ce moment j’écoute Nils Frahm, un pianiste qui fait des plages très longues que j’aime beaucoup et notamment dans l’album « Music For Animals ».

(Christophe) : Moi j’écoute pas mal le dernier Astrosaur – des instrus post-rock, un peu comme nous !

  • SUIVRE MAUDITS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX :

Facebook Instagram YouTube

  • MAUDITS EN LIVE :

MERDREDI 19/10 : Première partie d’Arka’n Asrafokor à La Cartonnerie de Reims