Loading

IZIA + 1ÈRE PARTIE

2019-11-22-IZIA-900x300px

 

 

VENDREDI 22 NOVEMBRE À PARTIR DE 20H

La citadelle de Calvi. Elle s’élève dans cette Haute-Corse aussi bleue qu’intrépide. C’est là qu’IZIA Higelin se retrouve depuis sa plus tendre enfance. Où elle a vécu parmi ses plus beaux souvenirs avec son père, qu’elle a couru au cœur des remparts. Où elle a chanté pour la première fois, connu son premier chagrin d’amour, sa première fête. Un lieu vital : « On dirait que tu danses quand tu marches dans les rues, je me souviens / Tes deux bras tendus qui me soulèvent, citadelle, je me souviens », chante Izïa dans l’éblouissant « Calvi », qui fait ici écho à « La Ballade de Tao » écrite par Jacques Higelin.

Cet album de variations vocales autant qu’orchestrales, où l’on entend cordes célestes et claviers scintillants, où passent multitude d’humeurs, où chaque morceau possède sa propre identité, doit sa beauté à sa profonde sincérité. Izïa ne ment pas, tous ceux qui l’écoutent ou l’ont vue sur scène le savent. Cependant, Citadelle s’avère être son œuvre la plus autobiographique, sans voile et sans fioritures. « Que tu saches », organique et synthétique, s’adresse à son enfant. On pense forcément, à « La Ballade pour Izïa »... Le bouleversant « Idole », à l’instrumentation épurée, convoque la figure paternelle mais aussi les statues à qui on dépose des offrandes pour la guérison de ceux qu’on aime. « La maladie et l’agonie, nous y sommes tous confrontés, commente la chanteuse. Le but de ce disque, c’est dire aux gens qu’ils ne sont pas seuls, apporter des petites réponses. De l’amour, j’en ai beaucoup à donner… Comme mon père, je suis convaincue que seule la bienveillance et l’empathie peuvent sauver l’humanité. » « Sous les pavés », dont les paroles anti individualistes contrastent avec une mélodie entraînante, va dans ce sens en interrogeant notre monde en danger, source d’une angoisse vertigineuse et manquant cruellement d’espoir. Pour Izïa, il est important de chanter ce dont elle parle tous les jours.

Nourri d’effets sonores enivrants, « Dragon de métal » est un manifeste de force face au manque, au regret de ce qui n’a pas eu lieu. Avec la pop tribale de « Sentiers », Izïa raconte la fuite de jeunes filles d’un village où elles sont menacées. Par là, elle rend hommage à la puissance féminine… Sur scène, aussi sauvage et sensuelle soit-elle, son énergie est indépendante de féminité ou de masculinité. Son chant viscéral frappe en plein cœur. Secoue nos tripes. Nous fait exister plus fort encore. « Citadelle est une leçon de vie, affirme Izïa. Sur ce que l’on traverse, sur ce dont on se remet. » Ce qu’elle exprime via des vaisseaux pop dénués de tout influences, à l’écoute d’émotions intenses. Un album à la genèse éprouvante, mais qui marque d’un sceau sacré l’accomplissement d’une artiste pour qui la liberté n’est pas qu’un grand
mot. C’est l’acte de foi musical d’Izïa Higelin.

Ce concert vous est présenté en partenariat avec Uni-T production et dans le cadre du mois de la gestion sonore d'AGI-SON. 

AGISON-900x300px

 

  ADHÉRENT RÉDUIT PLEIN
PRÉVENTE 22 € 25 € 27 €
SUR PLACE 22 € - 31 €

 

Réservez vos billets en ligne : 

tresor ok digitick link fnac link

 

Additional info

  • DATE: Ven 22 Nov à 20h - À partir de 22€
Thank for sharing!